Accueil // Technique // Création d’un Neagari

Création d’un Neagari

Le style Neagari fait référence à un arbre dont les racines sont exposées à l’air libre. Cette situation arrive souvent sur des terrains pentus qui subissent une érosion constante. La terre est progressivement érodée, mettant progressivement les racines à nu. Ces dernières sèchent et se transforment alors en bois, pour devenir partie intégrante de la structure de l’arbre.

L’arbre se trouve ainsi « suspendu » au dessus de ses racines. Elles peuvent être plus ou moins compactes, plus ou moins hautes, donnant ainsi un arbre puissant ou alors aérien et léger.

Le tronc de l’arbre est plus ou moins court et dans des cas extrêmes, le tronc de l’arbre peut être inexistant, les racines partant alors directement de la base des basses branches.

Ce style peut s’appliquer à de nombreuses espèces en bonsaï, aussi bien des feuillus (tels que les ormes, les ficus, les azalées, les cotonéasters, les érables trident), que des conifères (tels que les pins).

Erable trident dans le style neagari

Un arbre dans le style Neagari ne laisse pas indifférent, peut-être parce que nous n’en voyons que rarement. A la convention des Esprits de Goshin à Castres en 2011 nous avons vu cet érable trident de Gilles Rigal, et nous sommes restés scotchés dessus. Pourquoi ne pas tenter de refaire le même ? Nous avons des boutures et quelques années devant nous, alors allons-y !
La difficulté de ce style est d’obtenir des racines nues et apparentes assez “solides” et résistante pour tenir l’arbre, puisque la masse principale se situe a l’extrémité de ces racines. C’est d’autant plus contraignant si l’on souhaite réaliser un Neagari de forme courbe et penché.

Le principe de formation d’un bonsaï en Neagari est de dégager progressivement le nebari pour mettre les racines à nu. Mais attention à ne pas être trop pressé ou radical, mettre trop rapidement les racines à l’air risque d’être préjudiciable à votre bonsaï.

Nous vous proposons ici une méthode de réalisation assez simple qui sonsiste à faire pousser de jeunes plants dans des tubes. Les avantages de cette méthode sont :

  • les racines sont protégées et nous diminuons les risques liés à leur fragilité
  • Les racines sont mises à nu de façon progressive afin qu’elles se rigidifient et se recouvre d’une couche d’écorce.
  • l’arbre tient seul sans soutien autre que le tube dans lequel nous laisserons pousser les racines.

Le principal inconvénient et qu’il est difficile de réaliser des formes de racines courbées, nous sommes limités par la forme du tube. Cependant nous pouvons imaginer pouvoir courber les racines apparentes avec de la ligature comme nous le faisons sur une branche pour lui donner du mouvement.

Pour cette réalisation, nous avons utilisé des tubes en PVC (utilisés pour les canalisations). Deux diamètres différents, 50 et 80 mm, pour des hauteurs variants de 45 a 60 cm. Ces tubes ont été liés entre eux par du fil de fer afin d’obtenir rigidité et stabilité de l’ensemble de l’ensemble (pour palier au problème du vent). Cet ensemble a ensuite été fixé a un fond de pot en plastique percé pour un bon drainage.

Préparation des tubes pour création neagari

Comme substrat nous avons utilisé de la pouzzolane de grosse granulométrie. En effet, nous voulons que lorsque les racines descendent vers le fond du pot, elles ne le fassent pas de façon rectiligne. Les gros grains de pouzzolane vont créer des barrières naturelles aux racines qui vont devoir les contourner et donc créer du mouvement.

Dans un premier temps, le fond en plastique est rempli de substrat ainsi qu’environ la moitié des tubes.

Nous avons utilisé des jeunes plants issus de semis de 2 ans, des ormes de Chine et des érables (acer palmatum et burger). Ces plants avait été rabattus très court afin que la ramification démarre au plus bas pour respecter la proportion de 50 a 75% de racines apparentes sur la hauteur totale de l’arbre.

Les plants prévus pour faire un bonsaï Neagari

Traditionnellement en bonsaï nous recherchons à avoir un nebari large et étalé. Dans le cas du Neagari nous faisons exactement le contraire. Nous cherchons à ce que les racines soient le prolongement du tronc. Nous privilégierons ainsi les racines plongeantes et les plus longues. Toutes celles qui partent a l’horizontale sont coupées. Il vaut mieux également partir de sujets jeunes, ou qui disposent de prédispositions.

Les plants sont positionnés dans les tubes, en les maintenant au niveau supérieur du tuyau on comble le reste avec le substrat. Sous le poids du substrat les racines vont vers le bas. Il suffit ensuite de tirer un peu sur le plant pour être certain que les racines vont bien plonger.

Mise en place des arbres pour bonsai neagari

La culture est est identique a celle de n’importe quel autre arbre en pot : arrosage abondant (la pouzzolane étant très drainage et retient peu l’eau). Les racines vont chercher l’eau vers le bas, donc se développer a travers les grains.

Les tuyaux seront coupés par tranches successives dans les prochaines années afin de progressivement découvrir les racines.

17 réflexions au sujet de « Création d’un Neagari »

  1. pathfinding
    Le 26 février 2013 à 19 h 14 min

    Bonsoir,

    Article intéressant. Il est possible d’effectuer les même opérations avec une bouteille d’eau que l’on vide progressivement de son substrat

    M.

    1. Christophe Durandeau
      Le 26 février 2013 à 20 h 09 min

      L’avantage du tube est que l’on peut vraiment faire la taille que l’on veut, alors qu’avec une bouteille d’eau on est quand même limité à une hauteur de 25-30 cm. L’érable que l’on montre en exemple a par exemple des racines de plus de 30cm. Nous avons en projet d’autres sujets bien plus haut, et pour lesquels le pot a directement été mis en pleine terre pour une croissante plus vigoureuse. Nous vous les montrerons plus tard !

  2. fabrice
    Le 27 février 2013 à 21 h 01 min

    C’est vrai que c’est joli tout en finesse ! Je vais tacher de faire la même chose sur des espèces locales.
    D’après vous quel est le diametre le plus adapté ?? 50 ou 80 ou cela dépend de la taille bouture de départ ?

    Merci.

  3. LAURENT DEITSCH
    Le 28 février 2013 à 6 h 08 min

    Bonjour Fabrice

    Effectivement le diamètre du tube dépend de ta taille de ta bouture du départ mais aussi, de « l’envergure » que tu souhaites obtenir pour les racines. Pour mieux m’expliquer, plus le tube a un diamètre important, plus les racines risquent de s’étaler en largeur.
    Donc cela dépend donc aussi de l’esthétique recherché

    1. fabrice
      Le 28 février 2013 à 14 h 03 min

      Merci Laurent pour cette réponse très claire. Je vais tacher d’organiser cela et je ferais un post sur mon blog aussi :-)

      1. LI33
        Le 28 février 2013 à 22 h 22 min

        Hello,

        J’ai cultivé des plants de burger, taille crayon, en tuyaux PVC, D100, Lg 600, fermés par des bouchons percés. Les racines avaient parcouru toute la hauteur des tubes, a la fin de la première saison ! Elles avaient même chignonné au fond.
        Tout ça pour dire que l’enracinement va progresser peut être plus vite que vos prévisions …. et vous cultiver dans des tubes sans fond, en pot communs, : attention au démêlage !

        Les racines ont tendance a progresser le long des parois des tubes, à la recherche de la chaleur (comme dans un pot) …. Faudra être vigilant en découpant les tubes.

        Beau projet les gars….
        Bonne culture

        Laurent

        1. Christophe DURANDEAU
          Le 1 mars 2013 à 9 h 24 min

          Bonjour Laurent,
          Nous pensions commencer à découper le haut du tube au bout de 2 ans, le temps que cette partie « fasse du bois ». En effet, lorsque l’on découvre les racines il faut que la partie aérienne puisse tenir. Si les racines découvertes sont trop faibles l’ensemble ne sera pas stable et il y aura risque de casse.
          Que les racines fassent un chignon au fond du pot n’est pas vraiment gênant. Le burger supporte bien de grosses tailles dans ses racines.
          Que sont devenus tes plants ? Tu as eu un bon résultat ?

          1. LI33
            Le 1 mars 2013 à 19 h 44 min

            Mes quatre plants de burger étaient destinés a des projets sekijoju. Trois sont installés sur une même gosse roche, que j’ai mise au jardin. En effet, j’ai fais le choix de « cultiver ce gros seki » en pleine terre pendant 2 ans. Le troisième plant (la roue de secours ..) est classiquement sur une pierre cultivé en pot.

            Découper les tubes dans deux ans, ça parait un bon timing. Les racines épaississent très vite une fois mise à l’air. Je crois que vous pouvez attendre un bon résultat assez rapidement.

            Votre projet m’as donné une idée ….. un mixe entre culture en tube et culture pleine terre.

            On en reparle a l’occasion
            A bientôt

  4. r4 3ds
    Le 30 mars 2013 à 11 h 36 min

    I value the article.Really looking forward to read more.

  5. Alain K.
    Le 23 juin 2013 à 18 h 30 min

    J’avais loupé celui-là ;-)

    Très bien les tubes. J’ai déjà utilisé des emballages cartonnés de whisky renforcés par du fil enroulé autour. Comme c’est du carton, on peut couper au fur et à mesure, il suffit d’enlever un tour de fil, ou de le replacer plus bas si le carton se délite trop vite.

  6. Bruno faure
    Le 25 juin 2013 à 6 h 59 min

    Salut a vous 2.
    A qu’elle période, comptez vous couper le tube?

    1. Christophe DURANDEAU
      Le 25 juin 2013 à 8 h 10 min

      Je pense que l’on va enlever un anneau sur la partie supérieure au printemps prochain. Si on enlève tout le tube en une seule fois je crains que les racines ne soient pas suffisamment rigides pour maintenir l’arbre en place. Les mettre progressivement à l’air libre les fera se transformer en bois.

  7. Laetitia
    Le 18 février 2014 à 7 h 35 min

    Bonjour.
    Quel beau projet, je vais tester je pense sans doute avec un charme ou un érable. Voir même planter une graine de glycine. ..
    Ou en so t vos projet depuis un an…?

    1. laurent
      Le 21 mars 2014 à 7 h 29 min

      Bonjour Laetitia

      Tu peux voir la suite de ce projet dans un nouvel article sur le site
      Laurent

  8. Ping : Neagari, la suite… | Bonsai365

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>