Accueil // Histoire de bonsaï // Un orme du Japon

Un orme du Japon

Une fois n’est pas coutume, voilà, un des plus petits arbres de ma collection, un orme du japon (Zelcova Serrata) d’une vingtaine de centimètres de hauteur.

Acheté à mes débuts, chez Jacques Marty en février 2008, ce petit arbre, du fait de sa forme initiale était plus destiné à devenir un bonsaï en forme de balais.

Il est a noter que l’orme du Japon ressemble esthétiquement, beaucoup à l’orme de chine. Il a en plus l’avantage d’être plus résistant au froid en hiver.

Au printemps de cette même année, il a été rempoté dans un substrat drainant composé de 100% de zéolithe, Une petite mise en forme a été réalisé pour lui donner un peu de mouvement, je ne voulais pas le former en « balais », je pensais qu’il y avait mieux a faire avec cet arbre dont la conicité du tronc était assez bien prononcée.

La photo avec ses jeunes feuilles date du mois de mai.

02

Un an plus tard, l’arbre a bien profité, les branches ont bien grossies ce qui a amélioré encore plus la conicité en utilisant une branche qui allait devenir le nouvel apex de l’arbre. Une nouvelle sélection est faite, ainsi que la pose de quelques fils de ligature. Avec le recul, j’ai un petit regret car, c’est à ce moment là, que j’aurai déjà dû donner plus de mouvement à la cime (ce que je ferais plus tard, mais avec plus de difficultés puisque la branche sera plus épaisse).

03-orme-de-chine-un-an-apres
J’ai laissé pousser cet arbre librement toute la belle saison, l’ensemble des branches ont tigé énormément, afin qu’elles grossissent…
Cela ne fait pas un bel arbre sur les étagères …. mais c’est la meilleure solution pour les faire rapidement épaissir en diamètre.
Il est temps de rabattre toutes ces branches et de couper court.

05

06

En mars 2010, l’eau ne percollait plus à travers du pot, le substrat était entièrement colmaté. Cela provient du fort engraissage à l’engrais organique et au fort développement des racines.

Un rempotage dans un nouveau substrat (composé toujours de 100% de zeo) est réalisé en réutilisant le même pot.

On peut constater une belle évolution du nébari qui s’étale bien ainsi que l’écore qui commence à bien vieillir. Elle est craquelée, et forme des plaques. Il faut faire attention lors de la manipulation, car ces plaques se détachent très vite du tronc.

07-rempotage-orme-de-chine

Les 2 photos suivantes, sont en juillet 2010 et avril 2011, ou un travail est réalisé sur la ramification, les branches ont assez grossi, je ne les laisse plus s’allonger; j’ai atteint un diamètre de branche tel que souhaité en adéquation avec celui du tronc.

08

Cette même année, en mai, je reprend la mise en forme après une défoliation. Malgré que beaucoup réalise la défoliation des ormes en tenant la branche à l’extrémité et en supprimant toutes les feuilles en une seule fois en pinçant la branche et faisant glisser cette dernière entre deux doigts, moi je préféré, même si c’est long et pénible, utiliser les ciseaux et les couper une par une. Laborieux mais efficace, car on risque moins de blesser la branche et ainside favoriser le bourgeonnement.

On peut maintenant distinguer les différents plateaux, ainsi qu’un changement de direction de la tête qui part maintenant à droite, ce qui a aussi pour avantage de gommer la partie raide de la cime.

10

Le voilà à l’hiver 2012. Avec le recul et un peu plus d’expérience, je n’ai plus la même vision de cet arbre et on peut maintenant observer les problèmes qui ressortent.

La branche basse de droite est de trop et n’apporte rien, voir même l’inverse, elle déséquilibre l’arbre. Elle sera supprimée. Il reste a savoir quelle orientation prendre maintenant.

11

Une sélection des branches est faite, et celles restantes sont rabattues assez court pour favoriser une ramification au plus proche du tronc.

Ce petit Bonsai a pris une belle maturité au niveau de son écorce qui se développe de plus en plus en plaques. Elle est très fragile car elle se décolle facilement. Mais cette patine donne une vieillesse a l’arbre qui fait un très bel effet.

14

Début mars 2013, rempotage dans un pot d’à peut près la même taille, mais moins profond afin d’améliorer encore la mise à plat du nébari, et aussi pour commencer à affiner la ramification.
On constate qu’il y a quelques grosses racines. Ce sont celles la qui sont coupées pour ne garder que les radicelles qui sont bien actives.
19

Le voilà, en feuilles, en ce mois d’avril.

20

L’arbre en ce début d’automne

21

 

3 réflexions au sujet de « Un orme du Japon »

  1. Alain K.
    Le 5 décembre 2013 à 21 h 13 min

    Très bon article, si ce n’est que ce n’est pas un Zelkova, et encore moins un « Zelcova » mais un Ulmus parvifolia.

    1. laurent
      Le 5 décembre 2013 à 21 h 24 min

      Bonsoir Alain, l’ulmus parviflora n’est pas l’orme de chine ???
      En recherchant sur internet, j’ai vu a plusieurs reprises que l’orme du japon est nommé Zelkova Serrata… mais entre nous, ce n’est pas trop mon fort les noms scientifiques des arbres ! Donc, je te fais entièrement confiance !

  2. Alain K.
    Le 31 décembre 2013 à 12 h 15 min

    Hello,
    L’orme de Chine est bien Ulmus parvifolia (et non parviflora), du latin parvus-a, petit-e, et folia, la feuille.
    Le Zelkova serrata et l’Ulmus parvifolia sont cousins, ils appartiennent à la famille des ulmacées. Voir la liste des espèces de cette famille ici : Ulmaceae
    La confusion est ancienne : elle date de l’époque où la maladie des ormes décimait les ormes, et l’importation des arbres de cette famille était très contôlée, voir interdite pour certaines espèces. Appeler « Zelkova » des « Ulmus » permettait de passer les formalités douanières sans problèmes.
    J’ajoute que le terme de « Zelkova nire » souvent employé pour des Ulmus à écorce subéreuse est totalement fantaisiste : « Nire » est le nom japonais de l’orme.
    Ce sont des erreurs qui se répètent et c’est dommage.
    Il y a des photos de Zelkova ici :Zelkova, feuilles
    f1 : feuilles d’un rarbre en pleine terre, d’environ 8m de haut
    f2 : feuilles d’un arbre du même âge que le précédent, mais maintenu à 2 m.par une taille annuelle, ce qui explique la taille énorme des feuilles (presque 2m de pousse par an !)
    f3 : feuilles d’un Zelkova en pot, en cours de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>