Accueil // Culture // Sevrage d’une marcotte

Sevrage d’une marcotte

En mars de cette année, j’ai réalisé deux marcottes, sur un charme et sur un orme champêtre (Lire : le marcottage). Après des jours et des jours, voir des semaines de pluie, aujourd’hui, quelques rayons de soleil m’ont donné envie de regarder ce qu’avait donné ces marcottes.

En ouvrant le pot de l’orme champêtre et en sortant le charme de son double pot, je suis très content en découvrant beaucoup de racines… dans les deux cas (orme et charme)… ca à l’air d’être une réussite !

Que faire ??? attendre le printemps ou alors sevrer maintenant ?

En regardant d’un peu plus près, je m’aperçois qu’il y a beaucoup de racines, donc qu’il n’était pas nécessaire d’attendre plus longtemps, surtout qu’en ce moment les températures sont relativement douce pour la saison.

Sevrage d’une marcotte sur un charme

01-marcotte-sur-charme-avant-sevrage

Avec le maximum de précautions, je démelle doucement les nouvelles racines qui ont poussé au droit de la coupe qui à été effectuée en mars. Ce n’est pas évident à faire, car j’ai utilisé de la sphaigne (que j’apprécie dans ce genre de travaux, car elle garde très bien l’humidité). Par contre, c’est assez difficile à enlever car elle se confond avec nouvelles radicelles.

02-demeller-racines-marcotte

Il faut absolument démeller les deux pains racinaire, car il faut arriver à passer la lame de scie entre les deux pour pouvoir scier l’arbre sous les nouvelles racines.

Après de longue minutes, ça y est, on peut voir les deux systèmes racinaires séparés, il ne reste plus qu’à couper l’arbre à l’aide d’une scie.

03-separation-marcotte

Ensuite, je procède comme pour un rempotage, en utilisant un pot plat afin de bien étaler les racines en étoile tout autour du tronc pour obtenir un beau nébari. Les racines sont bien enterrées sous le substrat.

Ce qui n’est pas évident, c’est la fixation de l’arbre dans le pot, car il n’y a pas de racines sur lesquelles on peut compter pour prendre appui et fixer l’arbre au pot. J’ai donc tourner le fil d’aluminium autour du tronc… Ce n’est pas la meilleure solution et il ne faudra pas trop toucher à l’arbre pour que ce « rempotage » et la reprise puissent être réussi.

05-mise-en-pot-de-la-marcotte

Photo de l’arbre avant la marcotte :

08-charme-avant-la-marcotte

Sevrage marcotte sur un orme champêtre

le but de cette marcotte était de pouvoir éliminer l’inversion de conicité sous le départ des deux troncs pour créer un réel double tronc.

Les étapes sont les mêmes que décrites ci dessus pour le charme…

Ouverture du pot, découverte des racines qui l’envahissent

09-marcotte-sur-un-orme-champetre

Démellage des racines afin de pouvoir séparer les deux pains racinaires afin de couper à la scie et sevrer la marcotte.

11-demellage-racines

12-sevrage-marcotte

Beacoup de racines sur tout le tour de l’arbre, c’est une belle réussite.

13-belle-reussite-marcotte

Mise en pot. Dans ce cas, la fixation est plus simple, le fil passe entre les deux troncs. Le résultat est celui que je souhaitais, supprimer la partie plus étroite sous le départ du tronc fils pour obtenir un vrai double tronc dont les départ sont au niveau du substrat.

14-mise-en-pot-de-la-marcotte

15-double-tronc-orme-champetre

Photo de l’arbre avant la marcotte :

16-orme-champetre-avant-marcotte

 

 

 

 

 

3 réflexions au sujet de « Sevrage d’une marcotte »

  1. seb35
    Le 5 février 2014 à 18 h 51 min

    Merci pour ce reportage, je vais attendre encore un mois pour sevrer ma marcotte d’orme car il peut encore geler en bretagne.

  2. laurent
    Le 5 février 2014 à 19 h 03 min

    Bonjour Seb
    En fait, j’ai mis ces arbres en serre froide depuis que j’ai sevrer… Mais avec cette hiver doux, pour le moment, il n’y a pas de risques !

  3. Fredo21
    Le 24 février 2014 à 0 h 20 min

    On voit vraiment l’intérêt de la marcotte dans le cas de l’orme double tronc.
    D’un arbre impropre au bonsaï, tu te retrouves avec un sujet qui ouvre de bonnes possibilités.
    Cette variété (l’orme champètre) a une capacité toute particulière à raciner très fort: les miens, je les rempote quasi tous les ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>