Accueil // Mochikomi // Première mise en forme d’un genévrier

Première mise en forme d’un genévrier

Lors de la liquidation de l’entreprise de Jacques Galinou, j’ai acheté 2 geneviers, un arbre classique composé d’un tronc, et un double troncs. Ce sont des junipérus chinensis tout ce qu’il y a de plus commun.

Ces arbres ont été cultivé en pleine terre pendant plusieurs années afin de grossir et ont été taillé régulièrement… de ce fait ils sont devenu très denses.

Pour le choix de la face avant, il n’y avait pas trop a chercher, puisque le tronc principale forme une courbe, en direction de l’observateur (ou inversement). Le choix était donc tout fait. La courbe ne peut pas partir vers l’arrière (ainsi que la tête) sous peine d’avoir un arbre fuyant. Malgré cela, la face avant ne se trouve pas totalement entre les deux tronc, mais avec une légère rotation de l’arbre afin que le fils soit un plus en avant que le tronc père, cela donne plus de volume.

Ci dessous le double troncs qui a déjà été allégé de deux grosses branches basses (qui ,ne servaient pas dans la construction de l’arbre). Une sur l’avant et l’autre sur l’arrière.

Face avant choisi

01-juniperus-chinensis-avant-mise-en-forme

Face arrière (on distingue bien la courbe du tronc principale)

02-face-arriere

Le premier travail à réaliser sur cette espère et ce genre d’arbre, est un bon nettoyage.

A quoi correspond ce nettoyage :

Lorsque l’on nettoie les troncs et branche, on découvre souvent sous l’écorce de petits creux des aspérités (anciens départs de branches), qui créent ainsi des mouvements. C’est derniers peuvent être repris pour être plus creusés ou travaillé en shari.

Le brossage fait apparaître aussi une écorce lisse et rougeâtre du plus bel effet.

03-brossage-ecorce-sur-tronc-genevrier

Ce travail est réalisé avec deux type de brosses, une en laiton et une en nylon.

Ensuite, il est nécessaire de couper tous les départs de végétation juvénile ou morts. La densité du feuillage empêchant le passage de la lumière, tout ce qui pousse à l’intérieur meurt.

04-nettyage-vegetation

Lorsque ce travail est terminé, j’ai dégrossis les bois morts ; les départs des branches qui ont été coupés sont transformé en jin, plus ou moins long. L’affinage de ces jin sera fait ultérieurement car ils seront plus accessible car l’arbre aura beaucoup moins de végétation.

C’est pour moi et mon expérience dans les génévriers, un arbre difficile. Il y a beacoup de branches, et la sélection pour déterminer le bonsai dans l’arbre est compliqué. Je ne désire pas faire d’erreurs en supprimant trop rapidement une branche qui serait nécessaire dans la construction de l’arbre.

J’y vais pas à pas, en commençant par le tronc fils et par le bas. Une première sélection est faite, et je ligature d’une façon provisoire les branches. Lorsque j’arrive vers la cime, cela me permet d’imaginer la globalité et de faire une seconde sélection et éliminer ce qui est de trop.

C’est à ce moment que je reprend chaque branche pour poser du fil d’aluminium complètement pour créer les différents plateaux.

Je procède de même sur le tronc père.

Voilà le résultat après quelques heures de travail.

05-premiere-mise-en-forme-genevrier

Il a perdu beaucoup de végétation dans la bataille… je vais donc le laisser encore dans ce pot de culture une année. Le rempotage sera fait en 2015, et j’en profiterai pour le pencher légèrement sur la droite.

 

Une réflexion au sujet de « Première mise en forme d’un genévrier »

  1. Ping : Genévrier coup de coeur - Union du Bonsaï Français

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>