Accueil // Histoire de bonsaï // Pin sylvestre double tronc

Pin sylvestre double tronc

Voici un nouveau pin sylvestre qui provient du même lot acheté à un particulier en 2008. Je considère que c’est un double-tronc, même si la jonction de ces deniers ne se fait pas parfaitement à leur base. Le petit tronc est en fait une grosse première branche qui a poussée très près de la base.

Peut-être qu’un puriste aurait coupé un des deux tronc pour faire un bonsaï qui entre dans les canons de l’esthétique japonaise. Je considère pour ma part que les double-tronc sont pas légion en bonsaï et les yamadori encore plus rares. Sur cet arbre se serait dommage de couper un des troncs.

Le pin a été cultivé pendant plusieurs années avant que je ne le récupère. Il est bien vigoureux, certainement car il a été rempoté dans une auge à maçon de bonne dimension avec un substrat bien drainant. Suite à l’achat je décide de le laisser dans ce conteneur et de ne pas le rempoter.
Cependant je découvris rapidement que cette auge n’avaient pas assez de trou de drainage ; je l’ai constaté par le jaunissement des pointes des aiguilles. Je pratique alors des trous supplémentaires sur un coté de l’auge et je conserve ce pot en biais pour favoriser l’écoulement de l’eau.
On distingue des branches qui s’étalent et ce pin a beaucoup d’ampleur, il va falloir bien le compacter.

Pin sylvestre double tronc après l'achat

C’est lors d’un stage chez Jean-François Busquet en mars 2010, que je décide de travailler cet arbre. J’étais certain que Jean-François me guiderait pour tirer le meilleur de cet arbre. Le Pin est vigoureux, il s’est bien densité, il est en forme (on peut le constater à ces longues aiguilles bien piquantes). Il faut dire qu’il a bien été nourrit a l’engrais 100% organique depuis qu’il est arrivé chez moi.

Pin sylvestre double tronc au début dustage avec Jean-François Busquet

Le choix est fait de conserver que les branches les plus hautes sur les deux troncs. La grosse branche de droite sera supprimée ainsi que celles partant sur la face arrière. Ce choix est logique car les deux troncs ne sont pas très épais, les premières branches doivent donc se situer assez en hauteur.

Les départs des branches coupées sont écorcées et seront traité en jin. De toutes façons il est toujours bon de conserver un moignon sur les branches coupées, surtout lors de la première mise en forme, car ils peuvent servir d’ancrage pour des haubans.

Suppression des branches basses et travail des moignons en jin

Le petit tronc devra subir un gros pliage. En effet, il est long et raide ; il faut que visuellement il soit plus petit que le tronc père. Pour protéger l’écorce mais aussi pour plier sans risque, du raphia est posé sur l’ensemble du tronc. Un gros fil d’aluminium est posé par dessus.

Pose du raphia sur pin sylvestre double tronc

Le petit tronc est alors ramené fortement vers le grand afin de former le tronc fils. La face avant est légèrement tournée afin d’atténuer l’aspect artificiel de la courbe entre les deux tronc. Le tronc père a été aussi ligaturé et grâce a des haubans, un léger mouvement ondulant lui est donné car ce dernier était assez raide.

Première mise en forme du bonsai de pin sylvestre double tronc

De retour à la maison, l’arbre a rejoint mes étagères ou il a été nourri, avec un arrosage sous surveillance du fait de la masse de végétation perdue et du désaiguillage. Mais il reprend vite de la vigueur, tellement vite que le fil commence à mordre. Toutes les ligatures seront retirées courant juillet de la même année.

De retour à la maison, le bonsai est très vigoureux

On peut dire aussi que la nature est bizarrement faite, car tous les ans c’est le seul pin, parmi ceux que j’ai, qui se fait attaquer par la lyde du pin… Je le surveille de près à tous les débuts d’été pour supprimer ces gros vers qui d’après ce qu’il paraît, peuvent vous défolier un pin entier en quelques jours. J’ai déjà enlever une douzaine de ces vers en une seule journée.

Attaque de lyde du pin sur pin sylvestre

Comme l’arbre a très bien réagit aux différents travaux, je l’ai rempoté en mars 2011 dans une poterie de Tokoname commandé pour l’occasion.

Rempotage du pin sylvestre dans unepoterie bonsai de Tokoname

Une année de repos et de pousse libre avant de remettre le couvert début 2012, et faire une analyse de l’arbre avant une mise en forme. La principale critique vient du tronc fils qui forme un S peu esthétique. De plus la tête est trop à la verticale et trop proche du tronc père. Il va falloir l’écarter pour le rendre un peu plus étalé, la composition n’en sera que plus dynamique. Comme l’arbre a poussé, que le tronc fils a pris du volume, il est possible de reprendre un peu la première mise en forme.

Analyse esthétique du pin sylvestre double tronc

Pour cette opération je pose du raphia sur les zones où protéger l’écorce, puis un gros fil d’aluminium. Une entretoise en bois maintient l’ouverture du tronc après avoir « déplié » la branche. Les travaux suivant sont classiques : désaiguillage complet, et ligature. L’arbre est ensuite mis en forme en commençant par le bas, jusqu’à la cime du tronc père.

Mise en forme du pin sylvestre double tronc

Une fois la mise en forme terminée, je n’étais pas totalement satisfait mais je ne savais dire pourquoi. J’ai demandé à Christophe de poser son œil sur ce pin. Le premier constat est que la branche basse arrière qui avait été conservée sur le tronc fils n’apportait rien à l’arbre ; bien au contraire elle gène la lisibilité. Elle avait été conservée pour amener de la profondeur ; cette profondeur peut maintenant être créée en utilisant les branches existantes qui ont pris du volume.
La tète est aussi reprise pour mieux délimiter les plateaux et lui donner une forme plus arrondie.
Après deux bonnes heures de mise en place subtile des différents plateaux, pompons, l’arbre ressort beaucoup mieux.

Retouches finales sur bonsai de pin sylvestre

Cette mise en forme a été réalisé, en pensant a l’angle d’implantation de l’arbre dans son pot. En effet,au printemps 2013, l’arbre sera transpoté pour être penché sur la gauche afin que le père soit un peu plus au dessus du fils… ce qui donnera un ensemble bien plus dynamique et masquera en parti le défaut de conicité à la jonction entre les deux troncs.

En Avril 2013, c’est la première sortie de ce pin, sortie à l’occasion de notre exposition club.

Bon sylvestre double tronc lors de l'exposition du club

Retrouvez un autre exemple d’évolution d’un pin sylvestre, par Olivier Barreau, sur le site de l’UBF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>