Accueil // Esthétique // Montagne contemporaine

Montagne contemporaine

Cela fait deux ans que je cojite et prépare ce projet : celui de réaliser une montagne réalisée en métal. Cette idée m’est venu en ayant vu la composition de « plaques » en pierre de Kimura.

L’élément métallique, base de ce projet, a été réalisé par un ami car personnellement je ne sais pas souder… de simples plaques d’acier d’environ 7 mm d’épaisseurs, sont découpées aux chalumeau, d’une manière aléatoire et soudées sur une plaque formant la base. C’est sur que cela représente un poids assez important…

Cet élément est resté 2 ans à l’extérieur, soumis aux intempéries pour se corroder et ne pas avoir un aspect de métal trop neuf, trop brillant, mais plutôt un aspect rouillé.

01-montagne-de-metal

Les autres matériaux nécessaires à la réalisation de ce projet sont : du grillage à poule, de l’argile (kéto local, merci Bruno), et du substrat drainant ; de la zéolithe.

02-material-pour-plantation-sur-roche

Et aussi, éléments indispensable, des petits genévriers. Ces arbres ont été acheté chez Jacques Galinou, il y a 2 ans. Je les ai mis en caisse de culture pendant cette période afin qu’ils prennent de la vigueur. J’avais acheté une dizaine de ces petits genévriers chinensis, car je ne savais pas comment j’allais composer cette montagne et surtout le nombre qu’il me fallait. Il fat aussi dire que les plants ont bien poussé en 2 ans, donc, les plants étant plus imposant, un nombre plus faible a été suffisant.

05-genevriers-de-chez-galinou

Le point le plus délicat de la réalisation de ce projet est de faire tenir le substrat entre les plaques métalliques. J’ai découpé le grillage en bande, et plié en 4 et fait attention que les mailles se chevauchent bien pour avoir des espacements les plus petits possibles. Ces bandes de grillages sont plus large que l’espace ou elles doivent être posées afin de les coincer, et qu’elles tiennet sans être fixées à la structure de base.

06-mise-en-place-substrat-plantation-sur-roche

Je recouvre généreusement le grillage d’argile, en formant une couche d’environ 2 cm d’épaisseur.

Une fois le projet terminé, j’ai retiré a la base de chaque éléments, de l’argile pour former un trou permettant à l’eau de s’évacuer.

Les cavités formées ainsi sont remplies de zeolithe et les arbres sont plantés. Il est a noter que les arbres ne sont pas attachés en esperant que le fait que le racinaire soit « serré » entre les plaque suffira pour ne pas qu’ils bougent.

08-le-projet-de-plantation-avance

Je choisi les arbres en fonction des mouvements qu’ils avaient et par rapport à l’implantation que je voulais faire et ainsi trouver une composition harmonieuse. Les arbres sont uniquement taillés grossièrement, uniquement en regardant les lignes des troncs. La mise en forme, plus fine, sera faite à la fin de la plantation.

Le projet avance pas à pas, les arbres sont plantés les uns après les autres, en essayant de déterminer la meilleure implantation, par rapport aux plaques métalliques, plus ou moins hautes et espacées.

10-chaque-arbre-est-mise-en-forme

Une fois la composition terminée, chaque arbre est mis en forme. De la mousse est plaquée sur l’argile. Voila le résultat final…. ce n’est pas très conventionnel, mais plutôt une façon contemporaine de revisiter une plantation d’arbres sur une montage.

12-plantation-sur-roche-moderne-avec-genevriers

10 réflexions au sujet de « Montagne contemporaine »

  1. Kawamoto
    Le 24 février 2014 à 8 h 16 min

    Konnichiwa!
    Beau travail. Les parois métalliques semblent être des plaques d’ardoise. verticales.J’ai effectivement vu le travail de Kimura qui t’a inspiré. Juste une remarque.Pourquoi avoir opté pour cette verticalité régulière des plaques alors qu’une inclinaison de 10 ou 15° leur aurait donné plus de naturel….Mais ce n’est qu’un point de vue subjectif…. Bravo pour cette idée innovante.
    A prendre en compte:le poids, comme tu le dis, mais aussi la transmission thermique du métal, plus importante que la pierre. Attention aux rayons du soleil à 40°!!!

    *Bien amicalement.

  2. Bruno faure
    Le 24 février 2014 à 21 h 36 min

    Voilà une idée comme je les aime,
    Encore un truc à déplacer à 4 mains lol
    A suivre

  3. Farid
    Le 25 février 2014 à 15 h 58 min

    Bonjour,

    Bravo pour cette réalisation, ça donne des idées et ça ouvre des univers …..
    Mais c’est vrai je me pose aussi la question au niveau de la chaleur que peu accumuler le fer. N’est-ce pas trop dommageable pour le racinaire ?
    A suivre

  4. laurent
    Le 26 février 2014 à 16 h 09 min

    Bonjour a tous

    Merci pour vos remarques et commentaires.
    C’est vrai que c’est un premier essai…. il y a des choses a amélioré, comme une rotation des plaques par rapport a la face avant… et peut etre aussi une inclinaison….
    Peut etre lors d’un prochain essai….
    Pour le moment, je vais voir effectivement comment cela se comporte… par rapport a la température (sera positionné mi ombre, uniquement le soleil du matin) et par rapport aux arbres en contact avec le fer … a suivre…

    1. Farid
      Le 20 mars 2014 à 16 h 16 min

      Merci pour tes réponses, je compte essayer l’an prochain avec 2 palmatums. Je profiterai donc de votre « essai » si je puis dire . Merci à l’avance des suites… !

  5. Armand
    Le 21 août 2014 à 18 h 42 min

    Félicitation l’effet est bluffant et trés réalite!
    Je pense que conserver les plaque paralléle est plus naturel que de les tourner les une par rapport aux autres. Regardez les empilement géologique, les schists ets ardoises…

    Pour ceux qui serait interréssé ou pour votre prochain essais, un conseil : Afin de ne pas attendre deux ans que les plaques de métal viellissent, prenez un bidon d’eau de mer et arrosez les régulierement. L’effet de corrosion sera extrêmement plus rapide.

    PS : bien sur, penser à bien rincer à l’eau douce avant plantation.

    Bonne continuation !

    1. laurent
      Le 2 septembre 2014 à 0 h 16 min

      Merci pour vos compliments. Pour le moment ca pousse doucement. Tous les arbres sont vivant, pas de perte. Bien qu’avec l’ete pourri que l’on a eu, je n’ai pas constater que le metal chauffe de trop. La seule chose, c’est la mousse qui n’a pas tenue et a sechee.

  6. Farid
    Le 8 octobre 2014 à 9 h 24 min

    Bonjour Laurent,

    Si il n’y a pas de perte c’est un bon signe je trouve.
    Je souhaite que ta montagne devienne centenaire .

  7. Farid
    Le 2 octobre 2015 à 14 h 11 min

    Bonjour Laurent,

    Quelle nouvelle de cette composition « métallique » ?
    Farid

  8. laurent
    Le 2 octobre 2015 à 18 h 16 min

    Bonjour Farid
    Tous les arbres sont vivant, ca évolue doucement.
    Seule la mousse n’a pas tenue… donc pour le moment, le grillage est apparent… ce qui ne gene pas puisque c’est de la culture pour l’instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>