Accueil // Mochikomi // La défoliation

La défoliation

Normalement la défoliation se pratique un peu plus tôt dans la saison, mais cette année, au vu de cette météo capricieuse, froide et très humide, il vaut mieux reculer cette opération.

Malgré cela, le beau temps ne devrait maintenant plus tarder, on est quand même début juin, donc j’en ai profité pour défolier quelques érables, deux palmatum et un champêtre.

La défoliation consiste à enlever toutes les feuilles de l’arbre, ou alors partiellement. Le fait de couper ses feuilles force l’arbre à en refaire de nouvelles, ces dernières sont plus petites et avec des entre nœuds plus courts. C’est le premier avantage de cette opération.

Le seond avantage, c’est que l’arbre va rebourgeonner aux aisselles des feuilles coupées, ce qui favorise la croissance de nouvelles pousses, donc la création une ramification plus fine, ce que nous recherchons en bonsaï.

Le dernier avantage est que l’on profite que l’arbre soit nu (comme en hiver) pour faire une taille d’entretien, en coupant certaines petites branches, pour reprendre certains défauts, supprimer de nouvelles pousses mal placées (celles qui pointent vers le haut ou vers le bas). On peut aussi en profiter pour poser quelques fils de ligature, mais attention, à cette période de l’année, les branches sont fragiles et cassantes.

A noter que pour favoriser le bourgeonnement en arrière, il est important de couper les bourgeons terminaux, tout simplement en coupant l’extrémité de la branche. Il ne faudrait pas que ce soit ces bourgeons terminaux qui se développent en lieu et place des autres bourgeons (on perd ainsi les bénéfices de la défoliation)

Par contre, attention aussi, au retrait de sève sur les érables et certaines autres espèces, ne pas couper les branches trop proche des bourgeons que l’on veut conserver.

Comme dis plus haut, on peut faire qu’une défoliation partielle, dans le cas, ou l’on souhaite par exemple rééquilibrer les forces dans l’arbre. Par exemple, dans le cas ou l’on veut faire grossir une branche basse, on pratique une défoliation totale de l’arbre a l’exception de cette branche, qui en gardant ses feuilles, fera plus circuler la sève dans la branche, ce qui la fera grossir à l’inverse du reste des autres branches qui n’ont plus de feuilles.

Un point important est que la défoliation fait puiser beaucoup d’énergie à l’arbre et qu’il faut donc la pratiquer sur des sujets en bonne santé, et qu’elle ne se fait pas tous les ans (sauf pour quelques espèces en pleine forme ou l’on peut le faire, c’est par exemple ce que je pratique sur un copalme d’amérique).

Question pratique, la défoliation se fait en coupant le pétiole de la feuille. Il est important de ne pas arracher les feuilles, car dans ce cas, on peut abîmer le bourgeon se situant a la naissance du pétiole, sur la branche.

L’arbre à l’origine (érable champêtre)

Erable champêtre avant défoliation

L’arbre après défoliation

Erable champêtre après defoliation

L’arbre après la taille d’entretien

Erable champêtre après taille entretien

Voici quelques défauts que l’on rectifie lorsque l’arbre a été défolié.

Supression des jeunes pousses mal placées (sur le tronc ou sous les branches)

Suppression pousses mal placées

Coupe de toutes les branches qui pousses en dessous, en descendant ou en montant

Après défoliation couper ce qui pousse en dessous

Coupe d’une ramification lorsqu’elle pousse par trois

Couper les rameaux qui poussent par trois

On taille les pousses longues pour favoriser les bourgeons les plus proche du tronc

Sur certaines espèces, comme par exemple sur l’orme de chine, on peut se permettre de les « arracher » en tenant l’extrémité de la branche d’une main, et en tirant tout le long de la branche (en partant de l’extrémité), entre deux doigts, l’ensemble des feuilles en un passage.

Lorsque l’on a défolié un arbre, il faut le positionner en plein soleil afin que les bourgeons en dormance soit réveillés par ses rayons permettant ainsi leur développement.
Par contre, comme l’arbre n’a plus ses feuilles pour respirer, il boit moins d’eau, il faut donc surveiller l’arrosage et la pluie (tel que nous en avons en ce moment, il vaut mieux mettre l’arbre sous abri, pour éviter une pourriture des racines).

De même, il faut aussi arrêter les apports d’engrais pendant le temps où il n’a plus de feuilles.

Au bout de quelques jours les pétioles sèchent et tombent et environ après une quinzaine de jours, les nouvelles feuilles apparaissent. A ce moment, il faut faire attention au soleil qui peut les brûler car elles sont jeunes et fragiles.

Dernière information concernant les érables : Attention, la variété déshojo ne se défolie pas… j’en ai fait l’expérience, l’arbre en est mort !

Concernant les oliviers, il est conseillé de conserver les deux dernières feuilles de la branche, ce qui n’est pas un exercice facile, car il faut d’abord couper la branche à la longueur souhaité avant de défolier pour conserver les deux dernières feuilles.

Défoliation sur olivier bonsai

A vos ciseaux…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>