Accueil // Atelier // Atelier BBG : les arbres partie1

Atelier BBG : les arbres partie1

Ce premier week-end, n’a pas été que culinaire, bien que ce soit un des bons cotés des choses. Nous avons aussi travaillé quelques arbres.
Contrairement à un atelier ou à un stage, les discussions se sont faites sur chaque arbre avec tous les participants… enfin, à trois, ce n’est pas difficile de rassembler tout le monde. Cela permet à chacun d’exposer son point de vue, de tourner autour de l’arbre pour voir les différents choix possibles de la face, comment il imagine son évolution… une vrai discussion avec des arguments pour et contre sur les différentes propositions.

Un buis du Périgord :

Le premier arbre présenté est un buis de Bruno, prélevé par ses soins.

buisbruno1

Je vous rassure tout de suite, Bruno n’a pas essayé de greffer du pin sur son buis. Ce sont juste de jeunes plants de sylvestre qu’il avait posé sur le pot et qui, avec le temps et l’engraissage se sont enracinés.

L’analyse :

Après que Bruno ait nettoyé la base en coupant tous les rejets, on s’aperçoit que l’arbre à une belle base, assez large. Il ne reste que deux possibilités, car on ne peut pas imaginer regarder la base sur les côtés. Le choix est fait sur la face présentée car de l’autre côté, l’arbre présente moins d’intérêts, moins de mouvements.

buisbruno2

Ce buis est assez haut et raide, la partie supérieure ne présente pas beaucoup d’intérêts, du fait d’un manque de mouvement et de conicité. Comme la végétation est assez présente sur l’ensemble de ce buis et notamment sur le bas, il y a du choix, mais la seule possibilité restante est de le raccourcir pour ne garder qu’environ la moitié afin de mettre en adéquation la largeur et la hauteur de cet arbre.

Après un bon coup de scie …

buisbruno3

Voilà l’arbre dans ses nouvelles dimensions. A ce stade, il est plus facile d’imaginer le futur bonsaï dans l’arbre.

buisbruno4

La sélection des branches est faite et les fils de ligature sont posés jusqu’au bout de tous les rameaux. La mise en forme est réalisée par Bruno et François affine le placement de toutes les branches au millimètre près.

buisbruno5

Au final :

L’arbre au final est très équilibré malgré un manque certains de végétation sur l’arrière. Une bonne culture  est nécessaire pour développer l’ensemble de la végétation en espérant un bourgeonnement sur l’arrière de l’arbre au droit de la coupe afin de créer un petit plateau sur le haut de l’espace vide principale (à gauche du tronc).

Malgré qu’il n’y ait quasiment pas de retrait de sève sur le buis, la reprise du travail du bois à l’endroit où il a été coupé pour rattraper la conicité n’a pas été faite ce jour-là, puisque l’on espère justement un bourgeonnement à cet endroit précis.

La reprise sera faite ultérieurement pour l’améliorer au mieux.

buisbruno6

Un pin à crochet des Pyrénées :

Lors de notre arrivée chez François un arbre était déjà en attente sur une table dans son atelier.

François cultive cet arbre depuis quelques années, il est en pleine forme, on peut le constater à ses aiguilles bien vertes et bien dures.

pinfrancois1

L’analyse :

C’est un arbre particulier du fait  de sa longue courbe depuis le départ du pot, et ensuite avec une succession de coudes plus resserrés. Tout le long du tronc court un shari magnifique, naturel sur le bas du tronc et travaillé par François sur la seconde partie. La végétation est principalement sur deux branches.

A mi hauteur du tronc, se trouve un «trou » dans le shari. La présence de ce dernier a fait gonfler deux veines de part et d’autre qui, de ce fait, crées un renflement et donc une conicité inversé. C’est un défaut qui va falloir gérer.

Le plus difficile dans cet arbre, c’est de trouver la face, du fait de ce trou et de cette grande courbe du tronc. L’arbre a été tourné, relevé, penché dans tous les sens, avec comme but principal de trouver le bon compromis pour « effacer » au mieux ces défauts.

pinfrancois2

La solution a été trouvée, mais l’orifice reste visible.

pinfrancois3

Comment le gérer ? L’idée serait de créer artificiellement un bois mort dans ce trou et de le travaillé comme s’il avait toujours fait partie de l’arbre, un bois mort traité en jin par exemple. L’orientation de ce bois mort serait comme sur le papier jaune que l’on voit sur la photo ci-dessous.

Ce travail doit être réalisé avec soin pour qu’il fasse naturel et parti de l’arbre dès son origine.

pinfrancois4

Avec la face choisie, le positionnement des branches est assez simple, une branche principale sur la droite et l’autre branche fera l’apex. La profondeur sera réalisée avec des plateaux issus de ces deux branches.

Résultat de la première mise en forme

pinfrancois5

Le résultat avait l’air de satisfaire tout le monde, jusqu’au moment où l’on a pris l’arbre en photo… ce que l’on voyait en réel ne ressortait pas, l’arbre  était plus « fouillis ».

Retouche de la mise en forme en pensant que le problème venait de la branche arrière qui bouchait la vue à travers la végétation sur la droite.

pinfrancois6

Mais le résultat en photo ne donnait toujours pas satisfaction.

Après discussion et réflexion, un essai est fait en supprimant (cachant) la branche sur la gauche de la tête. Le déséquilibre de la suppression de cette branche donne un arbre beaucoup plus dynamique, mois symétrique. François décide de la couper définitivement

L’arbre en version définitive :

pinfrancois7

Un buis des Corbières :

J’ai acheté cet arbre chez Jean François Busquet il y a plus de 2 ans. Depuis il était dans mon jardin, j’attendais la bonne occasion pour le travailler… malgré une attaque de pyrales cet été, l’arbre n’ayant pas été trop affaibli, j’ai décidé de le travailler lors de ce week end.

L’analyse :

Ce n’est pas à première vue un arbre facile dans la position ou il a été planté après son prélèvement. Les deux troncs s’éloignent trop l’un de l’autre et le principal n’est pas mis en valeur, il forme un plat horizontal pas très esthétique.

buislaurent1

De plus à chaque extrémités des deux troncs ne se trouve qu’une seule branche. Ces branches ont des courbes naturelles très marquées qu’il serait difficile et risqué de plier. Il va falloir faire avec. Par contre, un shari naturel court sur une partie du tronc principal, qu’il faudrait pouvoir apercevoir sur la face avant.

buislaurent2

buislaurent3

Quelles sont les solutions ?

Il y a deux solutions :

- on conserve les deux troncs

- on ne garde que le principal pour en faire un lettré fin et élégant

J’avais acheté ce buis pour en faire un double tronc, mais ce n’en est pas réellement un puisque le second tronc ne part pas de la base de l’arbre mais légèrement plus haut. Mais je suis resté sur mon idée de base et nous avons conservé les deux troncs. Cela aurait été dommage de supprimer le petit arbre qui de toute façon pourrait l’être plus tard.

L’arbre a aussi été tourné dans tous les sens, cascade avec le tronc principal en bas, tronc principal à droite, à gauche… enfin, une solution est trouvée en redressant entièrement le tronc principal et en mettant le plus petit quasiment à ras du futur pot.

buislaurent4

buislaurent5

Apres quelques heures de ligatures (c’est long à ligaturer un buis… et cassant lorsque l’on a de gros doigts !), voilà le résultat.

buislaurent6

L’arbre a été vraiment allégé pour ne garder que l’essentiel. De plus le petit arbre étant plus fourni que le principal, il a fallu rééquilibrer les masses de végétation.

Il reste des plusieurs jin sur le haut de l’arbre principal, qui sont conservés pour le moment car ils tiennent la cime dans sa position (ils servent de cales). Ils seront retravaillés ou supprimés ultérieurement.

La branche basse sur la gauche a besoin de s’allonger pour faire le lien avec le petit arbre.

L’arbre sera légèrement enterré plus profondément pour ne pas voir que le petit tronc démarre plus haut. Dans le cas ou cela ne serait pas possible, du fait d’une faible profondeur de poterie, l’astuce sera de cacher ce départ avec de la mousse.

3 réflexions au sujet de « Atelier BBG : les arbres partie1 »

  1. bruno sintès
    Le 12 décembre 2014 à 2 h 00 min

    Je trouve votre initiative excellente, je me joins à vous, au moins moralement pour l’instant.
    Amitiés de Nimes
    Bruno

  2. guillot
    Le 12 décembre 2014 à 19 h 56 min

    beau reportage
    merci pour ceux qui ne pouvais pas venir c’est cool

  3. David
    Le 20 décembre 2014 à 22 h 15 min

    Bravo à vous trois. Le travail du buis a particulièrement captè mon attention, le résultat dans quelques années devrait être remarquable. À suivre sur bonsaï365.

Répondre à guillot Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>